Récit de voyage sur la péninsule de Noto

Jardin japonais
Le temple Myojoji à Hakui
Spectacle Kiriko Japon
Musée des lanternes Kiriko
Festival Japon
Le Kodomo no hi, fête des enfants au Japon, à Suzu
Festival Japon
Seihakusai festival à Nanao
Rizières Senmaida Japon
Rizières Senmaida Japon
Plages Japon Chirihama
La route de plage Chirihama



Mon dernier coup de cœur japonais …

Me voici fraîchement revenue d'un voyage d'étude au Japon, plus précisément sur la péninsule de Noto, dans la préfecture d'Ichikawa au nord de la ville de Kanazawa. Un voyage que je recommande à celles et ceux avides d’un Japon plus rural.

Pour s’y rendre, je recommande aux voyageurs de choisir l’option guide et voiture privée et pour les aventuriers de louer un véhicule. La péninsule est mal desservie en transports publics. Mes dates de séjour correspondant à la « golden Week » ou vacances japonaises, le trafic était surchargé.

J’ai retrouvé mon correspondant ainsi qu’un représentant de la préfecture d’Ishikawa à la gare de Kanazawa, puis nous sommes partis tous les 3 en voiture à la découverte de cette péninsule située pratiquement au centre du pays, juste au bord de la Mer du Japon. 

Premier arrêt à Nanao où j’ai dégusté du poisson frais et de délicieux sushis. Ici, j’ai eu la chance d’assister au populaire festival Seihakusai Dekayama et ainsi d’apprécier le défilé de grands chars dans les rues de la ville. Une ambiance très bucolique avec beaucoup d’animations, des stands de nourriture très conviviaux, avec des temples japonais en toile de fond.

Nous avons ensuite remonté toute la côte vers le nord, avec un arrêt incontournable sur les rizières en terrasse  Senmaida. Un lieu assez particulier où les rizières se jettent littéralement dans la mer. C’est un endroit vraiment à part où chaque jour des dizaines de photographes immortalisent le coucher du soleil. Un spectacle qui, selon les saisons, ne cesse de changer. En ce moment, période de repiquage, le soleil se reflète dans l’eau.

Après les rizières, direction les salines où j’ai observé l’application de méthodes de production, exclusivement traditionnelles.

Puis, j’ai laissé la nature derrière moi pour m’imprégner un peu plus de la culture locale, notamment en visitant la ville de Wajima où j’ai admiré un spectacle de Taiko, les fameux tambours japonais. Puis le lendemain j’ai fait la visite du fameux musée des lanternes Kiriko, une série d’exhibition d’immenses lanternes utilisées durant les festivals japonais de la région. De véritables monuments, de plusieurs mètres de haut, pesant près d’une tonne, décorés d’écritures et de fresques japonaises.

Durant la saison estivale, ces gigantesques lanternes paradent dans les étroites rues de la ville et le transport de chacune d’entre elles nécessite les bras d’une centaine d’hommes vigoureux.

Je me suis mêlée à la population locale de Wajima, sachant que même les exilés reviennent à cette période pour faire la fête. J’ai eu le plaisir de me promener dans le marché, où les stands sont tenus par des femmes, afin que leurs messieurs puissent se relaxer. Elles ne vendent que des produits «faits maison» et autres produits du terroir ou issus de l’artisanat local. J'ai plongé dans la vie rurale japonaise que je ne connaissais pas, j’ai adoré! Une vie de village, avec une nature omniprésente, bien loin de l’urbanisation excessive des grandes villes du pays.

Cerise sur le gâteau, pour la première fois je me suis rendue sur une plage …. en voiture, en retournant vers Kanazawa. Et j’ai terminé mon voyage par une pause bien méritée à la petite station thermale de Yamashiro Onsen, à 45 min de Kanazawa.

Ce pays me réserve encore de belles surprises.